Atteintes et Menaces

A l’image des tourbières européennes, on estime qu’environ 50 % des tourbières en France ont été détruites.
Celles qui ont été conservées ont néanmoins subi de nombreuses dégradations.



Extraction de tourbe

extraction de tourbeL’extraction de tourbe de façon artisanale (et parfois industrielle) a été systématisée dans le Jura (18ème - début 20ème siècle). Elle a concerné surtout les haut-marais et a souvent été conduite sous forme de travées de décaissement, pénétrant plus ou moins profondément à l'intérieur de la tourbière à partir de ses marges. Si l’eau n’est pas retenue en aval, les fosses de tourbage se comportent alors comme des drains, tandis que les fosses d'extraction elles-mêmes ne montrent pas de reprise de la turfigenèse.

Impact sur les habitats et espèces

La tourbe ayant été exportée, l’extraction est une destruction directe des habitats. De plus, ce type de fosse impacte négativement les habitats du haut-marais environnant (7110, 7120, 7150 et 91DO). Par ailleurs, le fond de la fosse est le plus souvent colonisé par des groupements de dégradation, non turfigènes, à base de bouleau.

 

 

Plantation sylvicole

plantation sylvicoleAfin de tenter de valoriser économiquement ces zones « improductives », certaines tourbières ont fait l’objet de plantations d’épicéas au cours de la seconde moitié du 20ème siècle. Cette pratique a souvent été couplée à des travaux de drainage.

 

Impact sur les habitats et espèces

La plantation de résineux provoque la disparition des communautés liées aux milieux ouverts (c.-à-d. la plupart des espèces patrimoniales des tourbières). De même, les prélèvements accrus par évapotranspiration et phénomène d’interception conduisent à une baisse de la nappe et de l’humidité de surface. Les conséquences sont alors similaires au drainage.

 

Présence d’infrastructures perturbant le fonctionnement des sites

Plusieurs infrastructures sont présentes sur les sites Natura et perturbent le fonctionnement des tourbières :

  1. « Tourbière des Cerneux-Gourinots (…) » : une plateforme bitumée empiète sur un haut-marais ;
  2. « Tourbières et lacs de Chapelle-des-Bois (…) » : une canalisation d’eau potable traverse la tourbière. Un fossé de drainage a été créé parallèlement pour permettre son entretien;
  3. « Entrecôtes du Milieu » : une piste forestière traverse la tourbière de part en part.

Drainage

Dans un but de valorisation économique, la quasi-totalité des tourbières du massif jurassien a subi des travaux de drainage. Un drain provoque une perturbation hydrologique par abaissement du niveau de la nappe phréatique. Dans les tourbières, cet abaissement provoque en plus une perturbation pédologique manifestée par le tassement de la tourbe, diminuant ainsi sa porosité et sa capacité de rétention de l’eau.

Impact sur les habitats et espèces

Avec l’assèchement, les habitats vont se modifier et cesser de produire de la tourbe. On assiste ainsi à la progression, voire la prolifération, d’espèces banales telles que la molinie et le bouleau. Par ailleurs, la minéralisation de la tourbe provoque la libération d’éléments fertiles occasionnant une augmentation du niveau trophique du milieu.

Les habitats et les espèces spécifiques des écosystèmes tourbeux (sphaignes notamment), hygrophiles et le plus souvent héliophiles et oligotrophiques, ne peuvent plus se maintenir dans ces nouvelles conditions.

 

Rectification de cours d’eau

rectification d un cours d eauLes zones basses des complexes tourbeux du Jura sont souvent traversées par des ruisseaux naturellement méandriformes. En situation non perturbée, le niveau moyen du cours d’eau étant proche du niveau de plein bord, la nappe d’accompagnement présente dans la tourbière reste à une cote élevée. Toutefois, certains de ces ruisseaux ont subi une rectification, générant un nouveau lit rectiligne, plus large et plus profond que l’original.

Outre la destruction des habitats aquatiques lui-même, les effets sur la tourbière environnante sont désastreux. Le cours d’eau se comporte alors comme un drain. Le surdimensionnement du lit diminue fortement les débordements, limitant donc la recharge de la nappe. Enfin, le lit rectifié crée l’accélération des vitesses de courant qui augmente l’érosion et l’enfoncement du lit.

Impact sur les habitats et espèces

Les effets sont similaires à ceux décrits pour le drainage. Ils concernent tous les habitats de tourbières visés par le programme, à l’exception des communautés de haut-marais (7110, 7120, 7150 et 91DO), qui ne sont pas, sauf exception, traversés par des cours d’eau.